La Chaîne de Flammes

"Quelle quantité de ce sang est à lui ?"
"Beaucoup, j'en ai peur" dit une seconde femme alors qu'elles se précipitaient à son côté.
Comme Richard luttait pour rester conscient, les faibles bruits des voix hors d'haleine lui semblaient venir de très loin. Il n'était même pas sûr de qui il s'agissait.
Il savait qu'il les connaissait, mais ne s'en préoccupait plus.
L'écrasante douleur dans la partie gauche de sa poitrine et son besoin d'air dû à la panique lui avaient déchiquetté le flanc.
Il faisait tout ce qu'il pouvait pour reprendre de cruciales inspiration, mais malgré cela il était très inquiet.
Richard lutta pour parler, mais il ne pouvait pas former de mots; il ne pouvait sortir tout au plus qu'un halètement, un gémissement. Il tint fermement le bras de la femme à côté de lui, désespéré de ne pouvoir les arrêter et les faire écouter.
Celle-ci comprit mal et pressa les hommes de le transporter plus vite sur le sol rocailleux dans l'ombre des immenses pins, même s'ils haletaient déjà sous l'effort. Ils essayerent d'être aussi doux que possible, mais n'osèrent jamais ralentir.
Non loin, un coq chanta dans l'air calme, comme si c'était un matin comme tous les autres.
Richard observa la tempête d'activité tourbillonnant autour de lui avec un étrange sentiment de détachement. Seule la douleur lui semblait réelle.
Il se souvint que l'on racontait que lorsqu'on meurt, peu importe combien de gens sont avec vous: vous mourrez seul.
C'était de cette façon qu'il se sentait désormais seul.

Couverture de la Chaîne de Flammes